Sans pétrole, la ferme est plus folle !

Saverdun (09) Au jardin du Thi'bio

17/08/2021 : Je boierai à votre santé  mes ami.e.s !

Impressionnant, ce week-end nous avons dépassé le deuxième palier ! Vous êtes incroyables, encore un énorme MERCI ! :-)

Je vais passer la commande de ce pas, il était temps parce que le tas de végétaux commençait à prendre un peu trop de place...

La liste des noms s'est bien étoffée sur la remorque (d'ailleurs merci à tou.te.s celles et ceux qui ont un prénom ou surnom en 3 ou 4 lettres, ça facilite grandement la tâche ^^) et il n'y a plus beaucoup d'espace, alors dépêchez vous si vous voulez être sûr.e d'avoir encore une place, il ne reste plus qu'une 1 semaine !

Allez, la motteuse n'est plus très loin :P

palier_broyeur-jpg.jpg

 

30/07/2021 : Remorque validée !

En à peine 2 semaines, nous avons atteint la moitié de l'objectif, vous êtes formidables, un immense merci ! :-)

Les noms des premiers contributeurs sont d'ors et déjà gravés dans le bois. Si vous voulez que votre nom s'ajoute à la liste de ces pionniers de l'agriculture décarbonée, dépêchez vous, il ne reste plus que 3 semaines ;-)

Et maintenant, direction le broyeur !

palier_remorque-jpg.jpg

 

Contribuez au développement d'une ferme bas carbone en m'aidant à financer des outils de travail manuels Made In France, robustes et réparables !

Récemment installé en maraîchage, je travaille avec des techniques agroécologiques, et mon objectif est de produire de bons légumes sans utiliser de pétrole ni énergie fossile ou nucléaire. Et pour ce faire, j'ai besoin d'un petit coup de pouce pour financer du matériel de qualité et performant.

Pour une alimentation riche en saveurs, saine et bénéfique pour vous comme pour l’environnement ;-)



Aux Jardins du Thi'Bio : Une ferme permacole et sans pétrole !

« L'agriculture moderne, c'est l'utilisation du sol pour transformer du pétrole en nourriture » Albert Bartlett

En France, les agriculteurs brûlent 10 à 12 calories d'énergie fossile pour produire 1 calorie alimentaire : nous ne savons pas produire notre alimentation sans pétrole ! Et cette ressource précieuse va se raréfier et devenir de plus en plus chère.

Devant ce constat, moi, Thibaud, 30 ans, je me suis lancé un défi : produire une alimentation sans pétrole ! Ni plastique donc. Ni gaz ni charbon bien sûr. Et sans nucléaire tant qu'à faire. Nos ancêtres l'ont fait jusqu'à la fin du XIXème siècle, il n'y a pas de raison que l'on n’y arrive pas !

Il y a 1 an et demi, je me suis donc lancé dans la création d'une microferme diversifiée. Un petit écrin de verdure de 1,4 hectares, situé en lisière de Saverdun, petite ville ariégeoise de 5000 habitants, à mi-chemin entre Toulouse et les Pyrénées.

plan_situation-jpg.jpg

L'idée est de générer une production à petite échelle mais très diversifiée, dans le sens d'une agriculture régénératrice des écosystèmes et pourvoyeuse d'autonomie alimentaire à l'échelle locale, avec à terme : légumes, fruits, aromatiques, œufs, et dans la mesure du possible, fruits à coque, champignons et miel. Restera la grande question de la culture manuelle de céréales, que je testerai dès que possible.

Les maîtres mots : sobriété, autonomie et résilience.

Tout ceci implique pas mal de contraintes de travail, que j'accepte avec plaisir puisque je les ai choisies en connaissance de cause :-) :

  • Autonomie sur la production de semences, ce qui permet au passage d'adapter les variétés au terroir, au climat et à mes méthodes de culture (meilleurs rendements à la clé !) ;
  • Autonomie sur la production de biomasse pour couvrir le sol et nourrir l'activité biologique du sol ;
  • Réalisation de mon propre compost pour la production de mes plants ;
  • Aucun produit phytosanitaire ni fertilisant (même biologique) ;
  • Non travail du sol, associations de culture, agroforesterie, zones sauvages... ;
  • Utilisation d'outils manuels et « low-tech » ;
  • Pas de bâches ni godets ou autres matériel en plastique, donc pas de serre en plastique pour la production, ni de système d'irrigation (les légumes n'en seront que plus goûteux et concentrés en nutriments ! ) ;
  • Conservation des récoltes en cave et en silo (pas de chambre froide) ;
  • Livraisons en vélo.

Enfin, ma démarche s'inscrit dans une certaine vision sociale et sociétale : proximité, lien social, mais également santé publique (qualité de l'alimentation, de l'air, de l'eau, nuisances sonores...).

outils-jpg.jpg

Quelques-uns de mes outils fonctionnant à l'huile de coude (et de genoux !)

 
Première saison : aménagement du terrain et design de la ferme

Arrivé sur place à l'automne 2019, la première année a été consacrée tout d'abord à mon installation en autonomie (chauffage, électricité, eau etc) dans un mobile home sur place, ainsi qu'aux premiers gros aménagements du terrain, celui-ci ayant été à l'abandon depuis près de 2 ans.

Cette période m'a notamment permis de mettre au point et de mûrir un design pour la ferme selon les principes de la permaculture en observant l'évolution du terrain au cours des 4 saisons.

design-jpg.jpg

Les grandes étapes d'aménagement ont donc été les suivantes :

  • Défrichage et nettoyage du terrain ;
  • Plantation de quelques fruitiers, petits fruits et aromatiques ;
  • Création d'une marre dans une zone marécageuse afin de retenir l'eau toute l'année et d'accueillir encore plus de biodiversité (intervention d'une pelleteuse : 245L d'essence, aïe...) ;
  • Réalisation de trognes de saules pour apporter de la lumière et qui serviront à la production de biomasse, puis broyage des branches pour mulcher les planche de culture (location exceptionnelle d'un broyeur thermique pour un tel volume de branches : 68L d'essence, re-aïe...) ;
  • Mise en place de 500m² de planches de culture ;
  • Construction d'une petite serre bioclimatique de 15 m² pour la production des plants (structure bois, murs en terre paille et fenêtre de récupération en bois, ouf !).

realisations_2020-jpg.jpg

 
Saison 2021 : un démarrage optimal, et de nombreux projets à venir !

La saison a bien démarré cette année, et je vise la production d'une quinzaine de paniers par semaine, que j’ai commencé à vendre au Drive Fermier de la ville de Saverdun, un regroupement de producteurs locaux créé en début d'année.

Pour la suite des aménagements, le programme est le suivant :

  • Été 2021 : construction d'une cave semi-enterrée pour le stockage et la conservation des récoltes ;
  • Automne 2021 : aménagement d'un espace de travail (stockage de matériel, station de lavage, conditionnement des récoltes, préparation des paniers etc.) ;
  • Hiver/Printemps 2022 : lancement de la production de champignons, construction d'un poulailler et installation des premières ruches ;
  • Fin 2022 : construction d'une grande serre bioclimatique de 60m2.

Sans oublier chaque année la plantation d'arbres, arbustes et plantes vivaces pour le verger en agroforesterie et la forêt comestible.

serre_cave-jpg.jpg

Emplacements de la futures serre et des futurs cave et espace de travail

Mais vous allez me dire, et vous dans tout ça ?

 

A quoi va servir l'argent ?

Des outils manuels Made In France, robustes et réparables !

Ayant pu acquérir le terrain en fonds propre, il me reste un peu de trésorerie pour le fond de roulement, et je devrais pouvoir bénéficier d'une subvention qui me permettra notamment de développer les infrastructures (cave, grande serre à plants etc.).

Mais pour parfaire mon arsenal dans ma quête du zéro-pétrole, j'ai besoin de trois outils clés. Et du matériel de qualité, robuste et réparable, qui plus est fabriqué en France, cela a un certain coût.

Et c'est là que vous intervenez ! Pour boucler le budget, je vous propose de m'aider à financer ce matériel, ce qui me permettra de pérenniser mon activité et de m'assurer une plus grande stabilité financière.

Ces trois outils sont les suivants :

- Une remorque à vélo pour pouvoir livrer mes productions à Saverdun. Fabriquée en France, la remorque  Runner de Fleximodal a été conçue pour le transport de marchandises diverses en vélo, pouvant porter jusqu'à 200kg !

Coût : 2700€

- Un broyeur à végétaux manuel pour broyer les tailles de haies et herbes fauchées. S'inspirant du hache paille de nos ancêtres, la Fabriculture a développé le broyeur K-Tchak, un outil génial qui me permettra d'être autonome sur la production de mulch pour les planches de culture.

Coût : 2100€

- Et enfin, un petit bijou du maraîchage low-tech : ce magnifique presse motte manuel d'occasion et d'âge indéterminé, pour pouvoir fabriquer de belles mottes à la simple force de mes bras. Adieu les godets en plastiques !

Coût : 1200€

remorque_ktchak_motteuse-jpg.jpg

La remorque, le broyeur K-Tchak et la motteuse, prêts à révolutionner l'agriculture !

 

Pourquoi le financement participatif ?

Le maraîchage étant une activité assez peu rémunératrice, et d'autant plus dans mon cas où je perds les avantages d'une énergie fossile à faible coût par rapport au travail manuel (1L d'essence = 90h de travail d'un être humain !), le modèle économique s'articule autour d'un principe central : réduire les charges autant que possible.

Cela permet une plus grande stabilité de l'activité, même en cas de baisse du chiffre d'affaire. D'où la recherche d'autonomie à tous les niveaux. J'ai donc dimensionné mon installation pour ne pas avoir de prêt à rembourser.

Mais au delà de l'aspect économique, c'est le fonctionnement même du système bancaire que je ne cautionne pas. C'est pour cela que je fais appel à vous aujourd'hui pour ce petit coup de pouce. Je préfère de loin cet échange donnant donnant, plus humain et qui repose sur du travail concret, par lequel je vais pouvoir vous concocter ces belles contreparties ;-)

contreparties-jpg.jpg

 
5 bonnes raisons de participer
  • Pour le développement de micro-fermes paysannes qui replacent l'agriculture au cœur des questions économiques, sociales et sociétales ;
  • Pour des pratiques agronomiques qui respectent le vivant : vie des sols, biodiversité, qualité de l'eau et de l'air ;
  • Pour une production locale en circuit court pourvoyeuse d'autonomie alimentaire du territoire et d'une juste rémunération du producteur ;
  • Pour une alimentation qui favorise la santé humaine : qualité nutritionnelle, pratiques non-polluantes (air, eau, bruit...) ;
  • Pour prouver qu'on peut produire notre alimentation sans énergie fossile !

banniere-jpg.jpg

 
A propos du Thi'Bio

Vous l'aurez compris, le Thi'Bio c'est moi ;-)

Originaire d'Alsace, j'ai obtenu un diplôme d'ingénieur à l'école Grenoble INP – Ense3 (École Nationale Supérieur de l’Énergie, l'Eau et l'Environnement) qui m'a conduit à travailler en bureau d'étude dans la performance énergétique des bâtiments chez Nepsen, d'abord 2 ans à Avignon puis 2 ans à Paris.

Début 2018, je démissionne pour entamer ma reconversion professionnelle. Je commence par 3 mois en tant que bénévole au sein de l'association Alôsnys, un jardin pédagogique en Bourgogne, puis je pars pour un peu plus d'un an à la Ferme de Cagnolle en Dordogne par le biais du wwoofing. J'ai pu ainsi me former sur le terrain, en complétant cela par de nombreuses lectures, conférences et formations techniques (agroécologie, Maraîchage sur Sol Vivant (MSV), micro-maraîchage bio-intensif, Cours de Conception en Permaculture, production de semence, taille naturelle des arbres fruitiers, comptabilité en triple capital).

Et donc fin 2019, je me lance dans ma propre installation en créant les Jardins du Thi'Bio !

Sur place, je vis en autonomie complète et selon les mêmes principes que j'applique à mon activité agricole pour un impact environnemental minimal :

  • Autonomie en eau par la récupération de l'eau de pluie ;
  • Autonomie sur le chauffage, l'eau chaude et la cuisson avec un poêle à bois (bois que je coupe moi-même sur mon terrain), et bientôt four et séchoir solaires ;
  • Autonomie électrique avec une petite installation photovoltaïque (420 Wc) pour les trois seuls usages résiduels : éclairage, ordinateur et sono (aucun appareil électroménager) ;
  • Réduction au strict nécessaire des objets en plastiques (technologiques principalement) ;
  • Mode de consommation zéro déchets ;
  • Déplacements en vélo et en train.

Au plaisir de vous accueillir pour vous faire découvrir cette belle aventure ;-)

portrait-jpg.jpg

 

Pour me contacter

Thibaud Mehn

Aux Jardins du Thi'Bio

La Tuilerie du Gay

09700 SAVERDUN

Mail : thi.bio@mailo.com

Tel : 06 43 40 03 14

Facebook

 



Vous devez être connecté pour visualiser ces informations.

Vous devez être connecté pour visualiser ces informations.