Ici on s’aime et on sème pour demain !

Mauprévoir (86) Le potager de Lombric et Collembole

Je suis Jean-Damien, maraîcher je cultive des légumes, des plantes aromatiques en utilisant la permaculture et la culture naturelle sur sol vivant (synergie entre les plantes et les phases lunaires).

Ma compagne, Nelly, transforme une partie de ma production ainsi que des plantes issues de  la cueillette en condiments : par séchage, déshydratation et distillation.



Il était une fois en Vienne, une famille de petits maraîchers...

Nous sommes une famille de petits paysans agro-écologistes vivant au sein d’une micro-ferme d’un hectare dans le sud de la Vienne.

Je m’appelle Jean-Damien, ma compagne Nelly ; nous avons 4 enfants à nous deux, 8 lapins, 15 poules, 3 canards, 2 oies, 2 cochons, 2 chiens et 1 chat ! Et oui, grande famille !

Je suis fils de paysans drômois, je fais du maraîchage naturel sur sol vivant depuis 2019.


Ma petite entreprise agricole se nomme « le potager de Lombric et Collembole », j’utilise comme méthodes culturales la permaculture et la culture synergique. Cela veut dire que je nourris le sol avant tout en le travaillant mécaniquement le moins possible, j’optimise la synergie entre les plantes. Mon calendrier agricole est défini par les différentes phases lunaires.

La micro-entreprise de Nelly est en cours de création à ce jour (été 2021) et s’appellera « l’atelier de Cocci-Nell’ ». Elle va transformer ce que je produis mais aussi des plantes issues de la cueillette sauvage : création de sels aux condiments, de sucres aux plantes aromatiques, de tisanes et infusions, de sirops, ainsi que d'objets décoratifs parfumés. Elle adore nous faire découvrir de nouveaux produits et créer de nouvelles recettes.

Par conviction, nous produisions déjà une bonne partie de ce que nous consommions avant 2019. L'arrêt de nos précédents emplois ont été un moteur supplémentaire pour nous lancer.

Aujourd’hui, nous devons aller plus loin pour faire mieux vivre notre petite famille, et nous souhaitons transmettre toutes les connaissances acquises au fil des jours à d’autres personnes porteuses de projets en lien avec l’agro-écologie et les fermes autonomes.

 

Une micro-ferme bien active depuis plus de 3 ans

En 2017, nous avons décidé de créer une activité commune, issue de notre volonté personnelle de consommer différemment. À l’époque Nelly travaillait encore dans le secteur social ; quant à moi, j’ai fait le choix à ce moment-là de quitter ce secteur pour me consacrer à notre projet.


Nous avons trouvé en 2019 une ferme située à 1h de Poitiers, sur la commune de Mauprévoir. Ayant réalisé plusieurs semaines de stage chez un maraîcher de la région, je savais qu’un hectare représentait suffisamment de travail pour une personne.

La première chose que nous avons faite c’est de planter une trentaine d’arbres : les porte-greffes de ma production.

Puis, j’ai préparé mes planches de cultures avec de la paille, du fumier de cheval et du terreau. La même année, j'ai converti de vieux toits à cochons en poulailler et construit des logements en bois pour nos « lapins-chèvres ».

La première année, j’ai surtout produit pour notre foyer et préparé les semences pour 2020. J’avais démarché des restaurants qui étaient ravis de travailler des légumes sains en circuit court. Malheureusement, cette collaboration n’a pu avoir lieu en 2020 à cause de la situation sanitaire.

En effet, 2020 a été une année très compliquée pour nous, mais nous n’avons pas baissé les bras ! Nous nous sommes regroupés avec un ami céréalier BIO (Philippe), qui se lance dans la culture des légumes, et une maraîchère BIO (Christelle), que l’on aide à s’installer dans une commune voisine. Nous cherchons des débouchés ensemble et les trouvons petit à petit.

 

Nos objectifs en quelques chiffres

Aujourd’hui, je prévois de produire :

  •  2,6 tonnes de pommes de terre
  •  300 kg de tomates
  • 450 kg de courgettes
  • 300 kg d’aubergines
  • 200kg de poivrons
  • 200 kg de piments
  • 150 kg de haricots mange-tout violets
  • 75 kg de petits pois
  • 400 kg de carottes
  • Des plantes aromatiques et médicinales (PAM)
  • Des condiments

Cela représente un prévisionnel de 19 425€ de chiffre d’affaires, sous réserve des aléas climatiques.

Concernant les différents partenariats, nous avons trouvé, avec mes 2 collaborateurs (Christelle et Philippe) plusieurs solutions de vente en plus des ventes en direct : deux magasins d’alimentation autour des circuits courts, un en zone rurale, l’autre en zone péri-urbaine, et un troisième que Philippe est sur le point d’ouvrir en zone urbaine.

 

Une serre pour nos légumes, un atelier séchoir pour Nelly

Cette année, j’ai perdu des plants à cause du gel et des pluies verglaçantes. Les dérèglements climatiques ne me laissent pas d’autres choix que d’investir dans une serre. Elle sera fabriquée en France à côté d’Angers ; elle mesurera 40 mètres de long pour 6 mètres de large et sera pourvue d’une bâche diffusante de 200 microns enterrée.

Nelly a également besoin d’un atelier de transformation et d’un séchoir. Nous avons décidé d’associer les deux en une seule pièce. Actuellement, nous disposons d’une pièce aménageable dans les combles. Cependant, il faudrait l’isoler, assainir les murs, les habiller de bois brut et fabriquer des caissons sur les côtés qui dissimuleront des claies de séchage.

Elle pourra ainsi installer dans le centre de la pièce de grandes tables de travail et tout son matériel. Un bel espace de travail en perspective.

 

A quoi servira la somme récoltée ?

Grâce à vos dons, nous pourrions :

  • Avec 5000 : financer une serre et récupérateurs d’eau
  • Avec 8000 : financer une serre ainsi que l’atelier séchoir avec ses travaux
  • Avec 11000 : financer une serre, l’atelier de Cocci-Nell’, planter de nouveaux arbres et des arbustes à petits fruits
  • Avec 15000 : financer une serre, l’atelier de Cocci-Nell’, les fruitiers, une haie au nord du potager pour limiter les actions négatives de la fraîcheur et du vent.

 

Pourquoi nous avons choisi le financement participatif

Ce qui nous a poussé à créer nos entreprises en auto-financement et financement participatif est principalement le fait que nous n’avons pas la faculté financière de supporter un crédit bancaire et les contraintes que cela engendre. D’autre part, la politique d’investissement des grands groupes bancaires n’est pas en adéquation avec nos convictions écologiques et sociales. Bluebees porte les même valeurs que nous et c’est pour cela que nous avons choisi de nous tourner vers sa communauté.

Nous préférons la sobriété heureuse, la décroissance fertile et le recyclage !


 

De bonnes raisons de croire en notre projet

Voici quelques bonnes raisons de croire en notre projet :

  1. Nous cultivons à échelle humaine, à la main, en préservant la biodiversité, en régénérant l’humus du sol et sans chimie.
  2. Nous aider à mettre en avant des produits et des producteurs locaux sans oublier les circuits courts.
  3. Nous transformons ces plantes et légumes nous-mêmes, et nous sommes garants de leur qualité.
  4. Nous partageons nos connaissances agro-écologiques avec toute personne porteuse de projet similaire au nôtre.

 

Qui sont Jean-Damien et Nelly ?


Jean-Damien :

  • En 1998, départ du Dauphiné pour devenir gérant de différents magasins d’alimentation d’un grand groupe français originaire du Massif Central jusqu’en 2001. En 2000, naissance de mon premier fils Bastien. En 2002 création de mon propre magasin en Deux Sèvres. En 2003, naissance de mon deuxième fils Gabriel.
  • En 2006, reprise d'une activité salariée dans différents domaines jusqu’à un accident de travail en 2013.
  • En 2014, entrée en formation de Technicien en Intervention Sociale et Familiale. C’est là que j’ai rencontré Nelly.

 

Nelly :

Bonjour, c’est moi Nelly ! Mon parcours semblait tracé.

  • En 2005 et en 2006, j’obtiens successivement un BEP des Carrières du Sanitaire et du Sociale et un DE d’Auxiliaire de vie sociale.
  • De 2006 à 2013, j’exerce en tant qu’auxiliaire de vie sociale auprès des personnes âgées principalement mais aussi accidentées temporairement ou porteuses de handicap ou de maladie en Charente-Maritime.
  • En Janvier 2014, ma fille Lya est née. L’occasion pour moi d’aspirer à une évolution de carrière.
  • En septembre 2014, je débute ma formation dans le secteur du travail social en tant que TISF en Charente. Et je fais LA rencontre qui aujourd’hui a changé ma vie.

 

Nous :

  • En 2016, nous avons été diplômés et nous avons exercé ce métier de TISF très souvent méconnu, pendant quelques années.
  • En 2017, notre fils Sasha est né.
  • En 2019, nous décidons de réaliser notre rêve, créer une ferme « autonome ». Jean Damien créé alors son entreprise agricole au régime micro dans le domaine du maraîchage naturel sur sol vivant.
  • En 2021, Nelly se lance aussi pour créer sa propre activité : Transformation de plantes fraîches et fruits frais en produits secs et commercialisation en mélange ou non.

 

En savoir plus et garder contact

Adresse postale : Le Garreau - 86460 Mauprévoir

N° de téléphone : 06 56 83 39 61

 

 

 



Vous devez être connecté pour visualiser ces informations.

Vous devez être connecté pour visualiser ces informations.