Faîtes jaillir l’eau à La Lande !

Hédé-Bazouges (35) Sarah Mell

Quand l’eau vient à manquer, plus de plantes à récolter… Pour pouvoir continuer à vous proposer nos plus belles infusions, nous devons faire un puit au champ !



Je suis Sarah MELL, 36 ans, productrice de plantes aromatiques. Je cultive plus d’une trentaine d’espèces végétales différentes sur un hectare en plein bocage à Hédé-Bazouges en Ille et Vilaine, à quelques encablures du Canal d’Ile et Rance et de ses onze écluses.

Carte situation-jpg.jpg

Le goût des plantes

Je m’y suis installée il y a presque 3 ans maintenant. Toutes nos plantes sont cultivées pour être séchées et entrer dans la composition de mélanges pour infusions et pour la cuisine créés par mes soins. Mon pari est de proposer des saveurs variées, fleuries et colorées. Le goût des plantes dans vos tasses et vos assiettes ! 

 

Cultiver en faisant confiance à la nature

Mes cultures ne subissent aucun traitement chimique, le label AB est pour bientôt (cet automne), le travail du sol se fait en superficie seulement, les haies de notre terrain sont replantées et nous avons pour projet d’implanter différentes strates végétales dans notre champ pour favoriser la biodiversité, les insectes auxiliaires et mieux protéger nos cultures. La majeure partie des plantes sont cultivées en plein champ, les plus fragiles (verveine, basilic, marjolaine…) sont cultivées sous serre non chauffée.


La récolte de mes plantes est manuelle, les plantes sont ramenées à l’atelier dans l’heure qui suit afin d’être grossièrement découpées et mises à sécher. Notre séchoir auto-construit permet un séchage en 48h en moyenne, à température douce. Le fait que ces opérations se fassent sur un court laps de temps permet d’éviter que les plantes se détériorent ou s’éventent et donc d’obtenir une meilleure qualité aromatique.

 

Ma gamme de produits

J'ai démarré avec une gamme d'infusions, mais d’autres projets sont dans les tuyaux ! Je développe cette année une gamme de mélanges d’aromates sèches pour la cuisine dans des petits pots réutilisables, et de nouveaux mélanges sont en réflexion pour cet hiver, des essais de nouvelles variétés au champ…

 

 

Je suis merveilleusement épaulée dans cette aventure par mon conjoint Gwenole, bricoleur, mécano et petite main de la ferme sur son temps « libre », car il reste salarié, conseiller de gestion auprès des agriculteurs.

 

Nous pourrions bientôt atteindre notre équilibre, mais…

Côté viabilité économique, j’implante un peu plus de plantes chaque année, j’ai pu récolter 80 kg de plantes sèches la première année, plus de 170 kg de plantes en 2018, j’espère pouvoir en récolter environ 250kg cette année pour atteindre un rythme de croisière l’an prochain entre 350 et 400 kg.  Mes produits sont vendus en majorité localement, en magasin (épicerie de proximité, épicerie fine, magasins de producteur…) et sur les marchés. A ce jour, une vingtaine de magasins nous font confiance, je développe ce petit réseau chaque année.

Seulement pour arriver à cet équilibre et assurer nos récoltes, nous devons apporter à nos plantes un élément essentiel, qui parfois vient à manquer, même en Bretagne, c’est l’eau !

 

Sans eau, pas de plantes !

Face à l'accentuation des épisodes de chaleurs en été ces dernières années, et au déficit chronique de pluie (ou des pluies torrentielles, trop tardives, qui ne pénètrent pas dans les sols), nos plantes souffrent en plein champ... Les menthes, la mélisse, le fenouil… certaines plantes aromatiques ont besoin d’un apport régulier d’eau. Notre vieux puit à la ferme suffisait bien à abreuver quelques vaches autrefois, mais il ne fournit pas assez pour nos plantations, et il se situe trop loin (le corps de ferme et le champ sont distants de plus de 500m).

Jusqu’à aujourd’hui, nous transportons l’eau avec une vieille tonne depuis le puit jusqu’au champ où nous remplissons des cuves, elles-mêmes reliées à notre réseau d’irrigation. Cela nous prends jusqu’à trois heures par jour pendant les périodes les plus chaudes ! Un temps qu’il serait plus utile de consacrer à nos plantes...  Au début du projet, nous pensions relier le puit au champ par un réseau souterrain mais il s’avère que celui-ci, peu profond, n’a pas la capacité suffisante pour subvenir aux besoins des plantes toute l’année à long terme… Nous finissons la saison avec l’eau du réseau, ce qui n’est pas une alternative très durable et ne résout pas la question du transport de l’eau…

tonne-jpg.jpg

La solution : Un puit au champ !

Il nous faut donc trouver de l'eau sur place, dans le champ. Il n’y a pas d’eau en surface où nous pourrions puiser, mais des veines d’eau sont présentes dans les cavités rocheuses de notre sous-sol. En puisant dans ces veines à la bonne profondeur, nous aurions le débit nécessaire pour subvenir aux besoins de nos plantes dans la durée soit environ 50 à 100 m3 par an (soit moins que la consommation moyenne d'un foyer de 4 personnes).

En parallèle, nous réfléchissons à économiser l’eau du mieux que nous pouvons. Car nous gardons en tête, que cette eau présente dans nos sous-sol n’est pas inépuisable.  Nous testons cette année les effets du paillis sur nos plantes les plus gourmandes en eau, nos installations d’irrigation sont réfléchies pour économiser l’eau (goutte à goutte) et nous raisonnons les apports pour permettre aux plantes de développer leur système racinaire et être ainsi plus résistantes.

Pourquoi un financement participatif ?

Pour ne pas alourdir davantage les charges avec un emprunt alors que notre activité commence juste à trouver son équilibre. Nous pouvons autofinancer une partie du projet mais pas la totalité. Nous faisons aussi appel à des aides  mises en place par le Département, mais celles-ci ne peuvent pas tout couvrir non plus. Voilà pourquoi, nous faisons appel à vous pour boucler le financement !

Besoins

Ressources

Forage + busage

+équipement pompe

15 000 €

Subvention Département

4 000 €

Autofinancement

5 000 €

Votre soutien

6 000 €

TOTAL

15 000 €

TOTAL

15 000 €

 
Mon parcours

2006 - diplôme d'ingénieur agricole - Toulouse

2007-2014 - coordinatrice et formatrice dans le secteur associatif, successivement pour accompagner des projets agricoles et des projets solidaires - Rennes puis Dinan

2015 : Certificat de spécialisation en production et transformation de plantes aromatiques et médicinales

2016 - Reprise des terres agricoles à Bazouges sous Hédé, lancement de Grain de Méliss !

 

Pour en savoir plus

Pour plus d'info sur notre ferme et nos produits, rendez-vous sur www.graindemeliss.fr

Suivez-nous sur les réseaux sociauxPICTO FACEBOOK-jpg.jpg      https://bluebees.fr/files/static/project/558/PICTO FACEBOOK-jpg.jpg

N'hésitez pas à nous contacter pour toute question !Mail-jpg.jpg

Mille merci pour vos soutiens et à bientôt !

 



Vous devez être connecté pour visualiser ces informations.

Vous devez être connecté pour visualiser ces informations.