Rejoignez l'insurrection des lombrics !


L'association l'Air des Pichoulis a été créée en 2015 pour réaliser un éco-lieu à Herrin (59), selon les principes de la permaculture. Fort de son succès, elle investit 3 hectares à Gondecourt, la commune voisine, pour aller encore plus loin et y recréer un écosystème naturel apportant abondance alimentaire. Cette campagne a été lancée dans le but de financer le rachat du matériel déjà présent sur le site, nécessaire pour leur activité. Rejoignez l'insurrection des lombrics! 



 

L'Air des Pichoulis, pour essaimer la permaculture

L'Air des Pichoulis, c'est une histoire de copains, de famille, qui ont un jour rencontré la permaculture et qui essaiment aujourd'hui tel un pissenlit leur joie de cette rencontre ! Et oui, un pichouli c'est un pissenlit en ch'ti, notre plante emblème qui sème de nouvelles petites graines au gré des vents. Ces petites graines représentent tous ceux qui viennent découvrir, expérimenter une transition, une autre manière d'être avec le vivant qui nous entoure. 


L'aventure a commencé il y a maintenant 2 ans, par l'achat d'un corps de ferme de 3000 m² sur la commune d'Herrin, dans le Nord.  Les heureux acquéreurs s'appellent Audrey et Valentin, arrivés en 2014 avec dans leur baluchon Coco, leur premier poussin devenu coq !

Très vite, l'idée de valoriser cet espace pour en faire un lieu de rencontre écologique, fondé sur les principes de la permaculture s'est posée : l'association est née en avril 2015, elle est gérée sur le modèle du bénévolat.

 

Depuis 2 ans, que d'avancées !

L'association accueille aujourd'hui toute personne désireuse de découvrir, d'expérimenter, de se former aux questions environnementales. De la permaculture à l'éco-rénovation en passant par la découverte des plantes sauvages, nous proposons échanges et rencontres dans un écolieu imaginé et vécu selon les principes et l'éthique de la permaculture. Nous organisons :

  • des chantiers participatifs : jardinage au naturel, éco-rénovation... 
  • des ateliers autour de la reconnaissance, de la cueillette et de la transformation des plantes sauvages (pour les papilles ou le bien-être !),
  • des formations : initiation à la permaculture sur 2 jours, cours de conception en permaculture, autoconstruction d'un poêle de masse ;
  • des temps de rencontre autour d'événements culturels : auberge espagnole, diffusions de films, concerts, expos, manifestations locales.

Le modèle économique de l'association

Nos quatre salariés Audrey, Ben, Alex et Gauthier sont en contrats aidés. Nous fonctionnons grâce à la vente de nos activités payantes telles que les initiations et les cours de conception en permaculture, et depuis début mai de la vente de nos légumes !

Nous recevons également de précieuses aides de nos partenaires. Par exemple, nous bénéficions d'accompagnement par les associations AFIP et Maillage, d'aide financière par le CLAP, les Clubs Cigales Chti+ et Bière & Saucisson, par Nord Actif... et nous avons de nombreux partenaires au coeur de l'action : 

Une deuxième campagne de financement participatif

Nous avons réalisé une première campagne de crowdfunding en avril 2015. Celle-ci nous avait permis de créer notre jardin aromatique et médicinal, lieu de rencontre avec le végétal. Nous souhaitions par ce jardin permettre la réappropriation des savoirs populaires initialement transmis de génération en génération, sur ce qu'on appelle communément les « mauvaises herbes ». Cette campagne de dons fut un succès, ce qui nous a permis d'accueillir nos premiers visiteurs !

S'en est suivie la création d'un jardin verger-potager, puis en décembre 2016, la rénovation, à l'aide de matériaux naturels (terre et paille), d'une salle de stockage et d'accueil. Ces trois lieux nous servent également de supports pédagogiques.

D'une gestion bénévole en 2015, notre chemin et succès nous ont permis de salarier en fin d'année 2016 Audrey, 29 ans, en tant que coordinatrice et intervenante en permaculture ; et Benjamin, 33 ans, en tant qu'ouvrier spécialisé en éco-rénovation et intervenant en permaculture. Ils sont accompagnés d'une précieuse équipe de bénévoles, pour la plupart certifiés en permaculture.

 

Terre de Voyettes, de nouveaux projets pour 2017

Depuis le début d'année 2017, l'Air des Pichoulis s'agrandit : l'association a eu l'occasion d'investir 3 hectares de terres à Gondecourt, commune voisine d'Herrin. Ce projet est baptisé « Terre de Voyettes », c'est le nom historiquement donné aux petits chemins qui reliaient entre eux champs et habitations dans les villages. Une terre de voyettes qui se veut être une terre de liens !

Ce terrain était précédemment exploité en maraîchage biologique ; notre nouveau challenge sera d'en faire un lieu dédié au maraîchage en permaculture.


Grâce à des techniques agroécologiques telles que le paillage du sol, les rotations et associations des cultures, la lutte biologique et la fertilisation naturelle par des engrais verts ou encore le compost fait sur place, nous allons relever le défi de redonner une vie organique à notre sol ! C’est de cette couche d’humus (comme en forêt!) que dépend la résilience et pérennité d’une production maraîchère naturelle. En effet, d’après les analyses (et nos observations quotidiennes), la terre aux Voyettes est idéale mais pauvre en activité biologique (bactéries, champignons, insectes)...

La permaculture apporte à l'homme une méthode de conception qui s'inspire de la nature, une vision lui permettant de créer des installations qui répondront à des besoins humains en lien avec son alimentation, son habitat, ses liens sociaux. Ces installations ont pour caractéristiques l'autonomie, la durabilité, et la résilience.  La création de ces installations se fait via l'observation et l'imitation des écosystèmes naturels.

Dans ce projet écologique, notre finalité est de recréer un écosystème naturel apportant abondance alimentaire. Et pour ce faire nous pouvons compter sur Gauthier un allier de taille (de presque 2 mètres de haut et 90 kilos!) maraîcher spécialisé en agro-écologie, et Alex, jeune pousse de maraîcher et protecteur de lombrics qui viennent rejoindre notre équipe de choc!

Les objectifs de ce projet
  • produire des fruits et légumes selon les principes de la permaculture, dans le respect de l'humain et de son environnement,
  • garantir une production de qualité pour assurer une alimentation saine à nos futurs clients
  • favoriser le circuit de proximité et les partenariats locaux pour la vente de nos produits
  • recréer de la biodiversité sur le site (actuellement nu) par un reboisement via l'implantation d'un verger, d'une haie comestible, la création de 3 mares, l'installation de 3 ruches Warré, de nichoirs à oiseaux, de refuges à hérissons…
  • mettre en place un jardin de semences à visée pédagogique.

A terme, nous souhaitons également poursuivre sur la voie de la formation en proposant un modèle de transition à grande échelle.

 

A quoi va servir l'argent de la collecte ?

Nous avons repris le terrain par le biais d’une association qui y pratiquait une agriculture biologique et favorisait la revente en circuits courts. Cette association a décidé en fin d'année 2016 de se séparer de cette activité, et cherchait un repreneur.

En plus de la location du terrain à l’année (300 euros par an), nous souhaitons pouvoir racheter le matériel déjà présent sur le site et nécessaire à la continuité et au bon fonctionnement de l’activité :  un vieux tracteur, des serres, un système d’irrigation, des semoirs, de l’outillage (pelles, bêches, râteaux etc), un bungalow et des containers pour stocker le matériel, les semences, et la production...

A ce jour, cela nous est mis à disposition dans le cadre d'une convention qui prendra fin lorsque nous aurons pu financer le rachat de ce matériel dont le coût s'élève à 16 000€. Si nous excédons cette somme, nous pourrons aussi investir pour la suite !

Voici la liste détaillée de notre budget :


Nous avons regroupé nos besoins en 3 paliers successifs :

  • Si nous obtenons 6 000€, nous pourrons financer les quatre serres, le tunnel de stockage et divers outils
  • Si nous obtenons 11 000€, nous pourrons financer le reste des outils agricoles nécessaires ainsi que notre système d'irrigation
  • Si nous obtenons 16 000€, nous pourrons financer les bâches, les containers, le bungalow d'accueil, le poulailler, le tracteur, et même la camionnette !

 

Pourquoi le financement participatif ?

Le crowdfunding est une voie qui nous permet de voir nos rêves en plus grand ! Grâce à votre participation, nous pourrons aller encore plus loin dans l’innovation et l’expérimentation ! Blue Bees est la plateforme idéale car nous partageons avec elle des idéaux et des valeurs pour un monde meilleur.

 

A propos des contreparties

  • Les contreparties livrables (calendrier, graines, photos) vous seront envoyées par courrier fin août 2017 (France métropolitaine uniquement), le prix de la livraison est inclus.
  • L'ebook sur les plantes sauvages et comestibles vous sera envoyé par mail fin août 2017.
  • La demi-journée sur les traces de la permaculture et les initiations à la permaculture (deux jours, repas du midi inclus) auront lieu sur le site, en octobre ou novembre 2017, ou au printemps 2018, au choix. L'air des Pichoulis vous contactera à la fin de la campagne pour prendre rendez-vous. 

Cinq bonnes raisons de participer

  • Participer à l’essor de la permaculture et des techniques agro-écologiques innovantes
  • Favoriser une alimentation saine pour les Hommes et la Nature
  • Nous soutenir dans la pérennisation de nos activités et notre vision à long terme
  • Redonner des espaces à la Nature tout en intégrant l'activité humaine
  • Pour que les lombrics continuent à régner en maîtres sur la terre de Voyettes

Qui sommes-nous ?

L'équipe est composée de 4 salariés, de bénévoles et d’un conseil d'administration. D’horizons personnels et professionnels assez divers à la base, nous nous retrouvons tous autour de ce projet commun, apportant chacun notre pierre à l’édifice et contribuant avec nos compétences respectives. Voici une mini-bio des quatre salariés de l'association : 

Audrey - Les mots d'ordre de mon parcours : découvrir et apprendre en permanence ! A 30 ans, j'ai eu plusieurs métiers : du secrétariat à assistante contrôle de gestion, de magasinière à vendeuse, j'en suis venue à l'éducation spécialisée et l'équithérapie... pour finalement trouver un sens à mon dernier travail dans la démarche de transition qu'il permet et qu'il essaime : la permaculture dans tous ses états! 

Gauthier - Après de longues études universitaires à étudier le fonctionnement des plantes et d’incalculables (et innommables) bestioles, je fais mes premiers pas professionnels…dans l’eau salée. Un peu d’océanographie, de gestion des espaces naturels littoraux et de sensibilisation à l’environnement m’amènent au bout du compte à enlever le masque de plongée pour attraper la grelinette ! Disciple de la Ferme de Sainte Marthe, j’applique désormais toute mon énergie à expérimenter un modèle d’agrosystème résilient tout en continuant à observer et apprendre des écosystèmes qui m’entourent…Bref, pour ma mère je change le monde. Dans une autre vie, je suis hacker dans une galaxie lointaine.

Benjamin - Ancien photographe, il y a 4 ans je me suis reconverti dans la restauration du patrimoine bâti avec la volonté d'utiliser des matériaux en harmonie avec leur environnement. C'est pour moi une des nombreuses portes d'entrée pour mettre en place une démarche permacole globale.

Alex - Bien qu'étant la plus jeune recrue de la troupe, j'ai déjà roulé ma bosse de maraîcher aux Voyettes! D'abord en tant que volontaire en service civique, puis en tant que salarié du CIBB depuis un an et demi. La vente des légumes me permettra de mettre en application mon bac pro commerce lors de cette nouvelle saison avec les Pichoulis.

L'équipe ! Ben, Alex, Gauthier et Audrey accompagnés de Hivy ! 

En savoir plus

Notre site internet

Constance Barbe : constance.barbe@hotmail.fr

On parle de nous

 



Vous devez être connecté pour visualiser ces informations.

Vous devez être connecté pour visualiser ces informations.

Vous avez un projet pour une agriculture d'avenir ?