Oui aux alternatives aux pesticides !


Aidez-nous à rendre visible les alternatives aux pesticides du 20 au 30 mars, lors de la reprise des épandages..



La semaine pour les alternatives aux pesticides : qu’est-ce que c’est ?

La Semaine pour les alternatives aux pesticides est un temps fort de mobilisation national et international, qui se tient chaque année du 20 au 30 mars (période de reprise des épandages de pesticides). Il est ouvert à toutes et tous.

  

Ses objectifs ?
  • Informer, sensibiliser et former sur les impacts environnementaux et sanitaires des biocides et pesticides de synthèse
  • Promouvoir leurs alternatives (fertilisation par matières organiques, couverture du sol, rotations de culture, associations végétales, lutte biologique, etc..)
  • Mobiliser et fédérer un réseau de plus en plus large d’acteurs pour un futur sans pesticides

Pendant cette semaine, des centaines d’événements sont organisés partout en France et dans une quinzaine d’autres pays.

Au programme ?

Visites de fermes bio, d'apiculteurs, ateliers de jardinage au naturel, marchés paysans, conférences, ciné-débats, spectacles, repas bio, formation à la permaculture ou au 0 pesticide dans les communes… ce n’est pas l’imagination des organisateurs qui manque !

 

Plus de dix ans d’action

Née en France en 2005 à l’initiative de l’association Générations Futures et d’un collectif de 170 organisations, la Semaine pour les alternatives aux pesticides a grandi au fil des ans pour devenir le temps fort de mobilisation citoyenne sur le dossier des pesticides.

La onzième édition, qui a eu lieu du 20 au 30 mars 2016 a compté:

  • Plus de 1000 événements et beaucoup de retombées presse (télé, Internet, radio, presse locale…)
  • 43 partenaires nationaux et 18 partenaires internationaux
  • 17 pays participants
  • 400 acteurs de terrains

 

Faire vivre les alternatives aux pesticides : une nécessité environnementale et de santé publique !

  • La France est le 2ème pays européen utilisateur de pesticides avec plus de 60 000 tonnes de pesticides répandus sur nos terres chaque année,
  • 93% des cours d’eau testés sont pollués,
  • Selon l'OMS, on compte 1 million d'empoisonnements liés aux pesticides et 220 000 décès,
  • Les perturbateurs endocriniens sont responsables de pathologies qui coûtent entre 150 et 206 milliards par an en Europe,
  • La mortalité des abeilles de ruche atteint 30% en 2015 contre 5% en moyenne dans les années 1990,
  • Le nombre de professionnels et de riverains victimes de l’exposition aux pesticides ne cesse de croître,
  • Les études scientifiques sérieuses prouvant les liens entre pesticides et santé se font de plus en plus nombreuses.

Dans le même temps, si l’agriculture biologique progresse (21 nouvelles fermes bio chaque jour en 2016), la France est encore très loin des objectifs fixés en 2007 par le Grenelle de l’environnement qui étaient notamment de disposer de 20% de surface agricole utile en bio d’ici 2020. Nous n’en sommes en effet aujourd’hui qu'à 5.8%.

Maintenant on agit et on montre que c’est possible : rendre visible, faire vivre et montrer que l’on peut faire autrement.

Ces trois actions sont absolument nécessaires !

 

Pourquoi nous avons besoin de vous ?

Depuis plus de dix ans, nous fonctionnons avec nos propres moyens pour contribuer au bon déroulement de la Semaine pour les alternatives aux pesticides.

Pour garantir le succès de l’événement des moyens sont indispensables :

  • Avoir une personne qualifiée à temps plein pour coordonner, animer, communiquer, créer et gérer les outils de l’événement. 
  • créer des outils de communication et de diffusion : affiche, dépliants, logo, visuels, site Internet…
  • organiser des événements  comme les soirées d’ouverture et de clôture…

En 2017, nous voulons créer un « kit des alternatives aux pesticides », inédit et indispensable pour rendre visible et informer sur les alternatives aux pesticides sur tous les territoires, et pour démontrer que l’usage des pesticides n’est pas une fatalité.

A l’heure actuelle, nous n’avons pas le budget nécessaire pour réaliser ce travail indispensable qui nécessite du temps, de la créativité, de la mise en forme, de l’impression etc.

 

Un « Kit » et des outils pour rendre visible les alternatives aux pesticides !

Le kit contiendra 20 dépliants de présentation de la SPAP et l'affiche de l'édition 2017 de la SPAP en A2 ...

... mais aussi une ecocup, 20 autocollants et 20 badges SPAP, 20 brochures pédagogiques "Alternatives aux pesticides", 1 affiche pédagogique pour les enfants, 2 infographies comparant le chemin d’aliments (pomme / pain) du champ à l’assiette en bio et en conventionnel pour montrer les différences entre un produit bio et un produit conventionnel (disponible en version web et version papier) ainsi que la vidéo de promotion de l’événement – que vous trouverez ci-dessus.

L’argent récolté servira principalement à la création du kit c’est à dire des outils (collecte de données, rédaction des textes, réalisation du graphisme et conception) ainsi qu’a l’impression et à la diffusion et promotion de ces « kits alternatives aux pesticides ».

  • Avec 10 000€, on finance 85 kits, et la moitié du salaire de notre salarié à temps plein pour coordonner, animer, communiquer avant, pendant et après la semaine de l'évènement.
  • Avec 15 000€, on finance 170 kits et la moitié du salaire de notre salarié à temps plein.
  • Avec 20 000€, on finance 250 kits ainsi que le salaire de notre salarié et la vidéo réalisée pour l'évènement.

 

En contribuant à ce projet

  • vous devenez un ambassadeur des alternatives aux pesticides et un acteur du changement,
  • vous prenez part à un mouvement global et citoyen !
  • vous contribuez à montrer la richesse et la possibilité de faire sans produits chimiques toxiques
  • vous interpellez les candidats aux futures élections et leur montrez l’intérêt des citoyens pour un futur débarrassé de ces produits chimiques toxiques.

 

A propos du reçu fiscal

Générations Futures est habilité à émettre des reçus fiscaux ce qui signifie que chacun de vos dons est déductible des impôts à hauteur de 66% soit si :

  • Vous donnez 25€, votre don ne vous coûte que 8.50 € après réduction fiscale.
  • Vous donnez 50€, votre don ne vous coûte que 17.00 € après réduction fiscale.
  • Et pour 100€ ? ...bien sûr 34€

Pensez bien à remplir votre adresse mail et/ou postale dans votre compte Blue Bees afin de recevoir votre reçu fiscal. Les reçus fiscaux seront envoyés en début d’année prochaine afin que vous puissiez l’ajouter à votre déclaration 2017. D’ici là vous serez bien sûr tenus informés de nos actions et recevrez nos lettres d’informations.

 

A propos des organisateurs

 

Générations Futures

La Semaine pour les alternatives aux pesticides est coordonnée depuis 2005 par l’association Générations Futures. Cette association loi 1901, sans but lucratif, est agréée par le ministère de l’Écologie et reconnue d’intérêt général. Générations Futures mène des actions (enquêtes, colloques, actions en justice, campagnes de sensibilisation…) pour informer sur les risques de diverses pollutions (les substances chimiques en général, les pesticides en particulier) et promouvoir les alternatives à ces produits menaçant la santé et l’environnement.

L’association est présidée par Maria Pelletier depuis 2010, PDG d’une PME qui fabrique des farines bio. L’association compte dans son Conseil d’Administration des enseignants, un certificateur bio, un agronome spécialiste de l’agriculture bio, un éco-conseiller, une agricultrice bio ou encore un ancien gendarme. Elle s’appuie sur une centaine de bénévoles actifs, des relais locaux et un conseil scientifique.

Générations Futures c'est aussi une équipe opérationnelle de 4 salariés qui œuvrent chaque jour pour un futur débarrassé des pesticides chimiques toxiques :

  • François Veillerette est Directeur et porte-parole de Générations Futures. Enseignant de formation, il a cofondé l'association avec l’ingénieur agronome, Georges Toutain, en 1996. Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages sur ces questions dont « Pesticides : révélations sur un scandale français » coécrit en 2007 avec le journaliste Fabrice Nicolino ou encore en 2013 l’ouvrage « Perturbateurs endocriniens, la menace invisible » avec la journaliste Marine Jobert. Il fut vice-président de la région Picardie de 2006 à 2012 où il était en charge des politiques de santé, d’environnement et d’alimentation. Expert reconnu, il a pris part à de nombreux documentaires sur ces sujets comme dans Cash Investigation, Envoyé Spécial ou encore dans les films de MM Robin,E Guéret ou JP Jaud. 
  • Nadine Lauverjat est coordinatrice de Générations Futures. Elle créé notamment la 1ère Semaine pour les alternatives aux pesticides et structure la campagne des victimes des pesticides. Elle coordonne en 2008, avec l’agriculteur Paul François et le réseau HEAL, la 1ère rencontre nationale des victimes des pesticides qui donnera naissance un an plus tard à l’association Phyto-Victimes. Elle est présidente du Rassemblement pour la planète, collectif d’associations spécialisé sur les questions de santé et d’environnement.
  • Sophie Bordères est chargée de mission « Alternatives aux pesticides » depuis 2 ans. Elle travaille à la promotion des alternatives aux pesticides tant en milieu agricole qu'au jardin, à la cantine ou à la maison.
  • Manon Petit est chargée de mission « Relais locaux et adhérents ». Elle s’occupe du développement des relais locaux, les « supers-bénévoles » de notre association, présents dans toute la France. 

 

Des partenaires nationaux

La Semaine pour les alternatives aux pesticides peut également compter sur un bon nombre de partenaires nationaux qui diffusent les informations et organisent des événements: associations environnementales, organisations agricoles et apicoles, jardiniers, associations de consommateurs ou encore de parents d’élèves, des entreprises...

 

400 acteurs sur le terrain

Ils organisent des événements et font vivre l’opération dans toute la France. Tous participent à hauteur de leurs moyens, leurs disponibilités, leurs ressources et le contexte local. Ce sont des collectivités locales, des écoles, des associations locales, des cinémas, des restaurants, des agriculteurs, des jardiniers amateurs, apiculteurs, des particuliers etc.

Et à l'international

Petit à petit, la Semaine pour les alternatives aux pesticides s’est développée en Europe et ailleurs dans le monde notamment grâce à des réseaux européens : le Pesticide Action Network qui a des membres dans de nombreux pays qui participent (Grande-Bretagne, Italie, Malaisie…) et Heal – Health and environnemental Alliance, un réseau européen centré sur les questions de santé et d’environnement.

 

Pour en savoir plus

Le site de la Semaine pour les alternatives aux pesticides : www.semaine-sans-pesticides.fr

Le site de Générations Futures : www.generations-futures.fr 

 

 



Vous devez être connecté pour visualiser ces informations.

Vous devez être connecté pour visualiser ces informations.

Vous avez un projet pour une agriculture d'avenir ?