Le miel du Burkina fait le Bzzz !


Participez au développement de l'apiculture en Afrique de l'Ouest avec l'ONG Wend Puiré, la structure la plus reconnue dans la région.

Prêt sur un an rémunéré à 2%. Remboursement le 31 janvier 2017.



Contexte

L’association Wend-Puiré est née de l’initiative d’un homme, Désiré Marie YAMEOGO. Ce Professeur d’allemand, a reçu sa première formation en apiculture en 1994 et débuta alors l’apiculture avec deux ruches. Très vite il s’est rendu compte que l’apiculture pouvait représenter un véritable outil économique pour les populations paysannes et un moyen efficace d’améliorer non seulement notre environnement, mais aussi de le pérenniser. C’est dans ce contexte que l’association Wend-Puiré a vu le jour en 1999 avec comme objet social la promotion de l'apiculture.

Wend-Puiré signifie « la part de Dieu », en langue locale mooré. Ce nom fait allusion à la nature et à l’environnement qui sont un don de Dieu à l’Homme, à l’Abeille qui est une création divine ; alors le Miel, produit-phare de la ruche, résulte de l’interaction de l’Abeille sur les fleurs des arbres, donc un don de Dieu. L’Homme ne fabrique pas le miel comme il fabriquerait une machine.

L’association obtint ses premières subventions de la fondation Jean-Paul II, de l’Ambassade de France et de l’Association Le Relais. Ce qui a permis à l’association de former plus d’apiculteurs et d’ériger son premier centre apicole basé à Koudougou.

L’association décide également de soutenir les apiculteurs des campagnes dans la commercialisation. Les moyens sont simples : l'association s'engage sur le long terme à racheter aux membres de Wend-Puiré leur production à un prix équitable. Ce miel sera traité dans la miellerie, puis revendu dans les grands centres commerciaux sous la marque « APISAVANA ».
Grâce à l'appui opérationnel et financier de son partenaire Le Relais, APISAVANA devient plus compétitif et remporte le premier prix PARIS GOURMET pour le miel d’Eucalyptus en 2008. Une tentative d’exporter des quantités importantes de miel vers un distributeur français échouera pour des raisons de procédures d’importation sur l’Europe.
Aujourd’hui, ce sont près de 100 tonnes de miel qui sont rachetées chaque année aux paysans et revendues au Burkina Faso et dans la sous-région : Ghana, Côte d’Ivoire, Niger, Benin, Sénégal.

 

Wend-Puiré devient ONG en 2007.  L’ONG, à travers son coordonnateur, finance et parraine des activités oeuvrant pour l’épanouissement social. Des aides sont octroyées aux structures en charge des plus démunis. Son coordonnateur a été décoré au titre de «Chevalier de l’ordre national ». Ce dynamisme au bénéfice de l’intérêt général sera perçu au-delà des frontières, le Coordonnateur devient « Fellow Ashoka » en septembre 2014.

Aujourd’hui l’ONG emploie directement et en permanence près de 60 personnes et travaille avec près de 3000 apiculteurs à travers le pays. Avec ce nombre qui croît régulièrement, l’ONG fait face à un double défi :
 - un défi commercial : plus de miel récolté c’est plus de miel à vendre.
 - un défi financier : la nature même de l’activité nécessite un besoin en fonds de roulement élevé. Il faut payer les producteurs au comptant, à un prix juste, sur une période courte, alors que le stock va couvrir plus de 12 mois de ventes, qui sont pour la plupart à crédit. La croissance de Wend Puiré implique un besoin en fonds de roulement croissant.

Stratégie

Construction de 2 nouveaux centres de formations

Grâce à l'appui de la fondation allemande  « The Stern Stewart Institute », un second centre apicole a vu le jour à Bobo Dioulasso, avec des capacités de stockage plus grandes. Et un troisième centre est en train de voir le jour à Mangodara. Celui-ci s’occupera principalement des formations, de la recherche et des questions techniques liées à l’apiculture, point cruciaux dans une perspective de long terme.

Export vers l'Europe

Des actions sont menées depuis plusieurs années afin de favoriser l’export vers l’Europe. Aussi face à ce grand défi d’export, indispensable pour l’avenir de la structure, des représentants de l’Union Européenne au Burkina Faso ont entendu l’appel de Wend Puiré et se sont déplacés dans ses locaux en mai 2014.

Pourquoi Blue Bees ?

Dans sa politique de rachat de miel auprès des apiculteurs, Wend-Puiré a créé un fonds d’achat miel. Ce compte est alimenté par un pourcentage prélevé sur les ventes de miel et des produits de la ruche, tout au long de l’année, afin d’avoir un fonds suffisant en début de campagne d’achat du miel (mars-juin). Cependant, avec le nombre croissant des apiculteurs, une rentabilité relativement faible de l’activité, et un développement consommateur de ressources, ce dispositif ne peut être pleinement mis en place et ne permet pas aujourd’hui de couvrir tous les achats de miel.

L’ONG doit aujourd’hui se tourner vers d’autres sources de financement. Les banques ont des taux très élevés, souvent supérieur à 12%. Wend-Puiré est à la recherche d’un financement participatif qui permet de rendre plus soutenable le remboursement du crédit, tout en donnant une forte visibilité à son action et au miel burkinabé.

 

A quoi servira l'argent ?

45 000 euros représente environ un tiers de ses besoins de financement pour l’achat de miel. Le reste sera assuré par Wend-Puiré sur fonds propres et sur le remboursement de crédit de la part des apiculteurs (certains ont pris à crédit du matériel apicole et s’engagent à rembourser leur crédit en nature).

Cinq bonnes raisons de prêter à Wend Puiré

  • Une activité source de revenus pour 3000 paysans
  • L'apiculture protége la biodiversité
  • Les formations délivrées par Wend Puiré sensibilisent à la préservation de l'environnement
  • Un moyen de lutter contre l'exode rural
  • La promotion d'un commerce équitable donc durable

 

Echéancier

 

A propos du porteur de projet

Wend-Puiré doit son existence à un homme combattif, Désiré Marie YAMEOGO. Professeur d’allemand de profession, apiculteur amateur depuis 1994, il a abandonné la craie en 2003 pour se consacrer entièrement à l’apiculture. Il n’eut pas de difficultés à convaincre les populations et les autorités que l’apiculture était un moyen de lutte efficace contre la pauvreté. Très vite il est appuyé par les autorités et de nombreux partenaires pour la promotion de l’apiculture au Burkina Faso. Désiré est sollicité pour des formations en apiculture à l’intérieur et à l’étranger. En quelques années il est devenu une référence africaine en matière d’apiculture.
En juin 2004, il crée l’Unité de Fabrication et d’équipement en Matériels Apicoles (UFEMA) afin de permettre aux professionnels de l’apiculture d’obtenir du matériel de qualité à un prix très abordable.
En juillet 2005, il fut le Coordinateur Régional du Forum Planet ERE 3.
En juin 2007, il participe à la foire Internationale de Montreuil à Paris avec les produits apicoles de Wend-Puiré. Obtention d’un prix spécial : Meilleur Talent Boucle
d’Ebène 2007.
En décembre 2009, il est fait Chevalier de l’Ordre National par les autorités locales en guise de reconnaissance pour le travail social qu’il mène.
En septembre 2012, il est élu Président de l’Union National des Apiculteurs de Burkina Faso (UNABF) et en profite pour relancer les activités de cette union jusque là au point mort.
En juin 2013, il est lauréat du concours des Plans d’affaires 2013, programme Maison de l’Entreprise du Burkina Faso - Technoserve : 1er prix de la Fondation Argidius.
En juillet 2013, il est élu au comité exécutif du projet « Bee Heath », initiative européenne en faveur de l’apiculture africaine, dont le siège est au Kenya.

En octobre 2014, il est repéré par ASHOKA comme entrepreneur social dynamique et visionnaire, et est nommé « Fellow Ashoka ».

En novembre 2015, il est élu membre du comité exécutif de la plateforme continentale apicole et président de la zone ouest-africaine.
Désiré est marié et père de quatre enfants. Au-delà de ses engagements dans Wend-Puiré, il a créé en 2003 avec des amis burkinabés et européens une association depromotion sociale et culturelle, l’association Laafi, qui gère aujourd’hui un centre culturel ainsi qu’une école maternelle à vocation sociale à Koudougou.

 

A propos du partenaire

Le Relais est un réseau d'entreprises qui agit depuis plus de 30 ans pour l'insertion de personnes en situation d'exclusion, par la création d'emplois durables. Le Relais a notamment développé la filière de collecte/valorisation de textile dans laquelle il est aujourd'hui le leader français. Le Relais existe depuis 1984. 2700 salariés y travaillent, en France et en Afrique. Le Relais a un fonctionnement innovant au plan social, appelé l'Entreprise à But Socio-économique, qui place l'économie au service de l'Homme.
Le Relais est présent au Burkina depuis 2003 et poursuit la même vocation depuis l'origine : lutter contre l'exclusion par la création d'emplois durables pour des personnes en difficulté. A partir de son cœur de métier, la valorisation textile, Le Relais soutient d'autres projets à fort potentiel socio-économique (coopérative apicole, étuvage de riz, teinturerie, menuiserie, confection textile) et compte plus de 250 salariés directs.



Vous devez être connecté pour visualiser ces informations.

Vous devez être connecté pour visualiser ces informations.

Vous avez un projet pour une agriculture d'avenir ?